MUSÉE D'ART DE NANTES

accueil

Au fil des acquisitions, dons, legs et dépôts, les œuvres d’artistes emblématiques de la modernité ont rejoint les collections d’un musée toujours attentif à l’art de son temps. Réinvention de la figuration, inventions et liberté surréalistes, naissance puis essor de l’abstraction au 20e siècle, tels sont les axes structurants de la collection 1900-1960.

Dès le milieu du 19e siècle, le musée s'ouvre à la création de son temps. Grâce aux initiatives de ses administrateurs et à l'activité de l'association des Amis du Musée, la collection s'enrichit d'oeuvres alors récentes d'artistes fondateurs de la modernité, tels que Raoul Dufy, Paul Signac ou Maurice Denis. Cette politique d'acquisition entreprenante suscite des dons majeurs. Ainsi, en 1922 et 1930, deux tableaux de Claude Monet, don de l'artiste, puis legs de son ami Georges Clemenceau, rejoignent le musée.

En 1947, l'achat du Salve Regina (1945) d'Alfred Manessier ouvre la collection à l'abstraction. Cet intérêt pour l'art non figuratif, encore nouveau dans les collections publiques, favorise de nombreux dons : entre 1958 et 1989, près de 500 œuvres sont offertes par Gildas Fardel, puis par Anne Dehez, tous deux collectionneurs d'art abstrait. A la faveur d'achats, dons et dépôts, de considérables ensembles monographiques se sont également constitués, notamment autour de Vassily Kandinsky, Jean-Emile Laboureur, Pierre Roy, Claude Cahun, Camille Bryen ou Jean Gorin.

< Les collections
Haut de page