MUSÉE D'ART DE NANTES

accueil

...agent technique du Musée d’arts

Engagé en 2022 avec les salles d’arts ancien, le réaccrochage est aussi l’occasion d’améliorer l’éclairage des collections. Ambiance lumineuse, contraintes de conservation… Max Abeilhou, agent technique du musée nous explique en quoi consiste son travail.

 

« L’éclairage muséographique doit se faire discret et rester neutre. Le but étant de mettre l’œuvre en valeur sans la dénaturer. »

Pouvez-vous vous présenter ainsi que vos missions dans le cadre du réaccrochage ?

Je suis Max, technicien au musée, spécialisé éclairage. Mes missions consistent à l’accrochage des œuvres et leur mise en lumière. Au sein de l’équipe technique nous avons tous une spécialité (peinture, menuiserie, électricité...) et un tronc commun, l’accrochage des œuvres et l’installation des expos.

Comment réfléchit-on à la lumière dans un musée ?

L’éclairage muséographique doit se faire discret et rester neutre. Le but étant de mettre l’œuvre en valeur sans la dénaturer. Nous avons notamment une attention toute particulière au respect des couleurs qui doivent ressortir comme l’artiste les a peintes.

Il y a-t-il des spécificités pour l’éclairage d’un musée ?

Il y a des spécificités purement techniques liées à la conservation des œuvres. Les dessins et photos par exemple ont une tolérance assez faible à la lumière. Le papier est très sensible et se détériore plus vite dans un environnement très lumineux, nous avons donc des limites à respecter pour certains types d’œuvres.

 

< Archives des actualités
Haut de page