MUSÉE D'ART DE NANTES

accueil

Aki Inomata, Why Not Hand Over a “Shelter” to Hermit Crabs ?

Sommes-nous meilleurs designers que la nature ? C’est la question à la fois critique et poétique que nous pourrions nous poser à la découverte de l’exposition de la japonaise Aki Inomata. Elle met en scène des bernard-l’hermite qui se sont emparés d’extravagantes coquilles artificielles créées en 3D par l’artiste.

Pour réaliser son installation Why Not Hand Over a “Shelter” to Hermit Crabs ?, l’artiste a étudié la structure des coquilles choisies par le petit crustacé et en a fabriqué de nouvelles, toutes plus folles et excentriques les unes que les autres. Dans l’enceinte de l’exposition qui présente ses différents modèles pour la première fois en France, Aki Inomata propose des coquilles en forme de skyline new-yorkaise, de château baroque ou de Muraille de Chine !

Ces structures sont modélisées à partir d’un logiciel graphique de création 3D et imprimées en suivant un complexe processus d’impression et d’extrusion. L’ensemble évoque un défilé de mode organique et complètement délirant, mis en scène dans une collaboration entre l’homme, la technologie et la nature, où chaque petit animal porterait une pièce unique.

L’ensemble met également en scène le rapport à l’habitat artificiel et éphémère dont s’empare naturellement le crustacé dans une étonnante intégration du numérique par l’organique.

Aki Inomata est née en 1983 à Tokyo, au Japon et est diplômée de l’Université des Arts de Tokyo section Art Inter-Media. Son travail se concentre sur les relations et les processus de collaboration entre l’humanité et la nature. Elle transforme des créatures vivantes en oeuvres d’art afin de nous faire réfléchir sur des questions esthétiques, sociales ou politiques.

Aki Inomata, Why Not Hand Over a “Shelter” to Hermit Crabs ? [Pourquoi ne pas offrir un abri aux bernard-l’hermite], 2009-2018.
Cette exposition est coproduite par Stereolux/Scopitone et le Musée d’arts de Nantes. Courtesy : Maho Kubota Gallery.

Du 19 septembre 2018 au 6 janvier 2019
Salle blanche (niveau -1)

< Expositions
Haut de page